Le masque à Venise

“Venise est superbe en hiver”, dit fièrement le vieil homme endimanché. “Le calme règne enfin, la ville est nouveau nous.” Sous les arcades voisines du pont du Rialto, il déguste un verre de prosecco et un morceau de panettone. Les membres de la société carnavalesque offrent aux gosses et leurs parents du gâteau de Noël, du vin et des boissons. Dans une ville souvent prise d’assaut par les touristes, ils ont voulu faire aujourd’hui un geste pour les vénitiens. Le père Noël est flanqué de personnages qui évoquent les beaux jours de la république vénitienne: capitaines, courtisanes et bien sûr le doge en personne. Quand ils posent ensemble devant le Canal Grande, l’ambiance de Noël prend un petit air de carnaval.

 

 

Venise sans masques - Patrimoine maritime

“Nos cerveaux sont faits pour l’eau”, affirme le modéliste Gilberto Penzo. “Je voudrais conduire tous les bateaux de Venise, mais une voiture sur la terre ferme? C’est la cata.” Gilberto travaille dans le sestiere de San Polo. Son magasin et son atelier semblent être le cœur inaccessible d’un dédale. En route, nous devons maintes fois revenir sur nos pas. Façades et canaux nous bloquent le passage; nous manœuvrons nos parapluies dans d’étroites ruelles parfois couvertes. Venise est ce point complexe qu’on n’en a jamais fait de carte, dit-on. C’est faux, mais peine exagéré.
Gilberto Penzo vient de terminer un beau deux-mâts. “La gondole n’est pas le seul bateau vénitien”, dit-il. “Nous en avons inventé des centaines. Les légumes étaient transportés dans un autre genre de bateau que le poisson. Au nord de la lagune, on pêchait dans un autre type de bateau qu’au sud.” Gilberto ne se contente pas de construire des modèles réduits. Depuis trente ans déj, il tire de l’oubli le patrimoine maritime vénitien. Comme il n’existe aucun plan des bateaux anciens, Gilberto doit les dessiner lui-même, sur la foi d’informations glanées ç et l. “Pour faire un bon livre de recettes, il faut aller en cuisine. C’est pourquoi je m’informe auprès d’anciens chefs de chantier naval. Ils sont ma bibliothèque.” Gilberto nous montre un sesto, instrument de mesure en forme de croissant qui était utilisé sur tous les chantiers. “Le sesto et la hachette suffisent au constructeur traditionnel”, dit-il. “C’est l tout son génie: avec des moyens limités, il réalise une gondole unique. Irrégulière, aux formes fluides et douces. Une vraie sculpture.” Suite...
Source : http://grande.be/fr/2008/12/19/venise-sans-masque/

Le berceau du commerce mondial
Patrimoine maritime
La forme d’une banane
Romance dans la brume
Délices de la lagune
Des synagogues en hauteur
Des épices plein le bec

Informations

Accueil Programme 2014 Programme 2013 Programme 2012 Programme 2011 Programme 2010 Programme 2009 Le Carnaval - Histoire L'histoire des masques Masque - Confection Costume - Confection Histoire - La ville Informations pratiques Campings- Hôtels Croisières Venise sans masques  
Plan du site
Les sites partenaires

Venise - Masques
Venise - Carnaval

Le masque à Venise